Archives pour la catégorie Petites guellantes

Comment ne pas gérrer les soucis dans un groupe comme un trou du cul + réflexion sur le harcellement

Quand j’étais à l’école primaire, au collège, puis au lycée, je me suis faites harcellés. Au début, en primaire, j’ai tenté d’en parlé. Prof ou pions, ce n’était le problème de personne. On ne m’a pas écouté. Un jour (oui, un seul, j’ai pas retenté derrière, qui voudrais retenter après ça), UN jour, j’ai tenté de me défendre contre ceux qui me harcelaient depuis 3 ans. C’est moi qu’on a puni.
Les prof avait 150 gamins à géré, un planning, plein de boulot, une vie à géré, il pouvait pas s’occuper de moi.

J’ai grandi, et j’ai découvert internet. J’me suis faite troll sur un discord. Si je réglais ça moi même j’allais l’insulté dans tout les sens. J’avais besoin de quelqu’un de neutre pour m’aider à gérer ça sainement. J’ai naturellement demandé au modérateur du discord. La ligne de conduite des modérateurs c’était que c’était pas leurs ognons et que je devais régler ça moi-même.
Ce qui devais arriver arriva. j’ai pas réglé ça sainement. oh non ! j’ai cherché les modo pour qu’on m’aide. Et bien, ce n’était toujours pas leur problème. Par contre, si je continuais de leur demandais de l’aide, il m’ont promis un ban.
Je suis allé parlé à la trolleuse… et je ne pe suis jamais senti aussi mal de ma vie que dans les jours qui ont suivi. Pourquoi ? je l’ai comprit plus tard.
J’ai fini par avoir une discussion avec l’admin de ce discord. Son message est clair : les modos ne sont pas là pour m’aider, mais si je fou le boxon, j’me fais ban. Les modos et l’admin ont une vie, des choses à faire et 200 personnes à surveiller.
Son point de vue était claire, elle n’avait pas à m’écouter. C’est pour ça qu’elle m’engueulait sans chercher à comprendre ce que je lui disais d’ailleurs.

le même raisonnement, pour les mêmes raisons, dans un contexte nouveau.

En primaire, quand j’ai été punie pour avoir tenté de me défendre du harcèlement, j’ai été tiré dans un endroit où j’étais seule, sans enfant ni adulte, et mon m’a dit, je cite : « je ne veux pas le savoir ! tu reviendra quand tu sera calmé ».
Le crédo de la modération du discord était le miroir de ça : »les modo ne sont pas là pour t’écouter, soit tu te débrouille sans nous, soit on te ban ».
Cette manière de penser, perso, j’appelle ça : « On veux l’illusion que tout va bien, pas que tout aille bien, alors tais-toi et retourne dans le rang »

Si je me sentais mal d’avoir dû démêler le soucis toute seule, c’est parce que j’étais de nouveau la petite fille puni pour avoir tenté de se défendre. L’écho en moi résonnais de façon dévastatrice. Je pleurais comme à l’époque, je ressentais l’injustice comme à l’époque.
Certes, la situation n’est pas la même, et cette fois-ci j’ai pu décidé de mon destin et dire ce que j’avais à dire.

Pour autant, je ne peux pas trouver inqualifiable le comportement de mes enseignants de primaire et trouver normal le comportement de cet admin.
Il n’est pas possible que je considère la même logique, pour les mêmes raisons, de 2 manières différentes.

Aussi, tant que cet admin pensera comme ça. Je la merde. Et je merde aussi toutes les personnes qui pensent pareil.

Tant que j’y suis :
On dit souvent que pour réglé le harcèlement, il faudrait que les victimes parlent.
En tant qu’ancienne victime de harcèlement je ne crierai jamais assez fort comment c’est faux !
Les victimes ne parle [u]plus[/u], parce que personne n’est capable de les entendre et de les comprendre.

Ma réponse au Point culture sur le véganisme

J’ai eu envie de répondre à la vidéo de Links, j’ai écrit un tel pavé, que je me suis dis que se serait dommage qu’il se perdent dans les commentaires, alors je le reposte ici, avec un lien vers la vidéo originale.

Image de prévisualisation YouTube
https://www.youtube.com/watch?v=FRBuDziOlLo&

Bonjour Links.
Dans l’ensemble, c’était pas mal. Par contre j’ai vu passé 2 arguments pourris qu’il va falloir relayer au compost, parce que ça sentait la merde.
Bon forcément, je vais pas développé les points sur lesquels je suis d’accord ou que j’ai rien à dire. Alors, même si je vais répondre sèchement, faut pas oublier que j’ai plutôt apprécier. ^^

1. Bon tu t’en doute, le point sur les agriculteurs pose problème. Dire que les agri se suicident parce que la cause animale, c’est comme dire « la mer méditerranée est pleine d’eau parce que ce type à jeter un sceau d’eau dedans » ; oui, c’est " " " " " " En parti vrai " " " " " " mais ça joue tellement peu qu’on s’en fou en fait.
En plus, ça produit un contre sens gigantesque : ça fait croire que si on est vegan, on sauvent les agriculteurs. NON ! Enlever ce qui leurs reste de pains de la bouche des éleveurs en finissant de  les mettre sur la paille, ça risque pas de les aider.

2. À la fin de la vidéo ( à peu près au point 19 si j’me souviens bien) vous dites que faudrait supprimer une fois pour toute les espèces d’animaux domestiques, ce qui éviterait de les faire souffrir génération après génération. (bon, là j’allais faire une remarque, mais je voudrais pas répondre avec condescendance, même si ça aurait été un juste retour parce qu’il y avait des passage condescendant dans cette vidéo) Donc, pour supprimer la souffrance animal, vous supprimer les animaux ?!!!!!!!!!!!
C’est pas à Thanos qu’il fallait faire référence, c’est à l’IA dans le dessin animé green lantern plutôt récent qui est en 3D : dedans il y a une IA qui découvre les sentiments, quand elle découvre la souffrance (parce qu’elle s’est prit un râteau) elle décide de remonter le temps pour recréer l’univers en y enlevant la possibilité qu’il y ai la moindre forme de vie. pas de vie = pas de souffrance ?!
C’est pas seulement que la réponse est disproportionné, ni même que c’est irréalisable (encore que, j’y reviendrais après), C’EST SURTOUT QUE ça pose milles problèmes éthiques :
QUELLE VIE MÉRITE D’ÊTRE VÉCU ?
Est-ce qu’on va tuer quelqu’un (animal) qui pourrait être heureux parce que par moment il va souffrir ?
Est-ce qu’on va empêcher la vie de quelqu’un (animal) qui est heureux l’écrasante majorité de sa vie parce que ses con-génèrent souffrent énormément ailleurs ?
À partir de quelle balance bonheur/souffrance considère-t-on que la vie ne mérite plus d’être vécu ?
Si, comme j’ai cru le comprendre dans cette vidéo, le seul acceptable est de 100% bonheur 0% souffrance, est-ce qu’on doit aussi euthanasier tout les humains ?
Si aucun seul de souffrance ne vaut de vivre, doit-on laisser l’humain qui souffre se suicider ? (j’me demande si c’est possible de répondre à ça sans m’opposer une fausse réponse style  » je répondrais pas au sophisme de la pente glissante ». alors je précises : il me semble que les végan son anti-spécisme donc, on devrait traiter les animaux comme les humains : ça fonctionne dans les 2 sens.)

Si un chat viens me voir et me dit : « alors, on vous a observer, vous les humains, vous passer votre journée à faire des choses qui ne vous plaisent pas, quand vous rentrer à la maison le soir vous êtes épuisées à tel point que ça vous arrive d’envoyer chier les gens de votre famille,  vous êtes obligé d’aller dans l’eau, vous parler toujours fort comme un animal en souffrance, vous vous faites la guerre entre-vous, etc. bref, vous passez votre vie à souffrir, ça fais des générations que c’est comme ça. Alors on a décidé de tous vous tuer, comme ça vous ne souffrirez plus ». Ben moi perso, j’le prendrais mal. (et c’est pas l’épisode Smile de Docteur who qui va me contredire).
J’voudrais pas qu’on supprime mon espèce pour empêcher sa souffrance. donc je vais pas faire ça aux autres.

Oui, je sais que c’est important d’améliorer la condition animale, je les ai déjà vu les images choquantes sur la condition animale. Seulement la bonne solution, c’est pas de génocider en faisant ainsi exactement ce que vous reprocher aux non-végan, c’est plutôt de mettre en place les conditions pour que les animaux soit aux maximum heureux tout au long de leurs vie. Ça veux dire produire moins, ça veux pas dire ne plus produire de viande.
Il faut soit acheté la viande à prix d’or, soit subventionner l’agriculteur suffisamment  pour qu’il puisse faire de l’élevage extensif ET pouvoir se nourrir.
Subventionner les abattoirs pour mettre en place des normes de diminution de la souffrance drastique ET ne pas avoir à faire des cadence infernale pour être rentable.
Bloquer l’importation de produits ne satisfaisant pas les normes de bien-être animal (en bloquant le tafta, Trump en a fait plus que les végan là-dessus)
Et ce genre de choses.

Sauf que visiblement, lâcher de la tune pour la donner à des exploiteurs afin qu’il n’ai plus besoin de rogner le bien-être animal pour vivre, de ce que j’en ai vu, ça n’intéresse pas les végan. À la place de cela, vous avez trouvé comme solution quelque chose de totalement irréalisable (j’avais dit que j’y reviendrais) : supprimer les espèces domestiques.
C’est pratique les solutions irréalisables : on propose quelque chose donc on flatte notre égo en étant le sauveur ; on n’a pas à se bouger le cul pour faire quelque chose puis que c’est infaisable ; et pendant que les bonnes volontés se lancent dans cette tâche perdu d’avance, ces bonnes volontés se fatigues et le statut quo est préservé.
(Oui, j’ai vu la vidéo où tu dis te battre contre le statut-quo :3  Alors, vas-tu faire de la dissonance cognitive toi aussi ? *rire démoniaque* )

L’école et l’enseignement de la science à la façon dictature

J’ai fait un bac S, avec tout les travaux pratiques de physique, de chimie et de bio que ça implique. Et dans toute cette étude de la science, l’étude de la méthode scientifique est passé à la trappe.

Pourtant tout était là.

Les travaux pratiques se constituaient d’expériences, avec un protocole précis, desquelles une conclusion était tirée à chaque fois. Et c’est bien un principe de la science que de s’appuyer sur des expériences reproductibles pour baser ces conclusions.

Mais rien à faire.

Les travaux pratiques commençaient très souvent par « Faites ce qui est inscrit sur la feuille et on en reparle dans une heure » ; ce que je traduirais personnellement par « Suivez bêtement les indications sur la feuille et dans une heure je vous dicterais les conclusions de votre expérience ».

Aucun prof ne nous a expliqué pourquoi on faisait des expériences, ni pourquoi l’on devait suivre ce protocole. Pourtant, c’était pas bien compliqué de dire : Aujourd’hui, on cherche à savoir comment si ou pourquoi ça, quelle expérience on pourrait faire pour répondre à cette question ? « . Mais comme ça impliquerait de permettre aux élèves de prendre des initiatives, surtout il ne faut pas faire ; l’expérience à faire en classe est déjà décidée bien avant le début du coup. Et les conclusions à en tirer aussi.

Je me rappelle du jour où la prof nous avait donnée 2 cartes du monde, une avec les zones les plus chaudes, une avec la présence de la drépanocytose (la maladie où les globules rouges trouvent que c’est trop nul d’être rond). La prof nous pose alors la question « qu’est-ce qu’on peut conclure à partir de ces deux cartes ? ». Personne dans la classe ne répond. Il y a bien comme un vague air de ressemblance entre les 2 cartes, mais je vois des pays en bordure de zone qui sont présents sur une carte et pas sur l’autre, et je trouve ça louche. Alors j’ose bien « c’est pas pareil », ce à quoi la prof réponds  » effectivement c’est pareil. On peut donc dire qu’il y a un lien entre les deux, en l’occurrence le moustique (dont j’ai oublié le nom) qui transmet telle maladie et ceux qui ont la drépanocytose n’attrape pas la maladie du moustique. » (C’est tout de mémoire, alors j’espère que j’ai bien rendu l’exemple de biologie).
C’était bien la peine de nous demander ce qu’on en pense si c’est pour ne pas en prendre compte. Notez au passage que la prof pose une question ouverte alors qu’elle attend une seule et unique réponse, une spécialité de l’éducation nationale.

Autre exemple (au collège pour le coup, si je me souviens bien), on devait extraire le cœur d’un escargot vivant pour voir qu’il bat encore extrait de l’organisme (RIP le gastéropode). On a extrait le cœur, il ne battait pas. « Madame, le cœur ne bouge pas. »
« Vous avez raté, allez voir vos voisins, ils ont réussi »
On se tourne vers la table voisine : « vous avez réussi, vous ? »
« Non, on l’a pas vu battre, et vous ? »
Nous voilà donc forcé de croire sur parole la prof alors que nous avions sous nos yeux le contraire de ce qu’elle disait et sans jamais qu’elle nous montre que ça pouvait fonctionner. Ça fallait bien la peine de faire une expérience.

Un dernier exemple, ce jour-là on faisait une chromatographie avec chacun un dosage différent (mais ça on ne pouvait pas le savoir parce qu’on a pas lui les fiches des autres). À la fin la prof collecte les différents résultats au tableau, puis le retour de la fameuse question « Alors, que peut-on en conclure ? ». J’aurai bien aimé savoir ce qu’on étudiait déjà. :/ (En fait, il fallait juste dire qu’une bonne chromatographie, c’est quand on a séparé toutes les tâches -ou phase ?- sur le bout de papier.)

La bonne réponse face au cliché : « C’est pas un vrai métier youtubeur ».

Je viens de voir une vidéo « Quand la télévision clash youtube » (lien) qui montre un extrait d’un live de Zerator, je suis allée cherche le (pré)live en question (j’vous met pas le lien parce que c’est une copie non officielle que j’ai vu :P – je suis trop radine pour voir l’officiel), le live parle d’une interview de Squeezie et Cyprien passé sur Canal + (c’était en Septembre 2015, je suis à la pointe de l’actu visiblement :P ) ; l’interview de Canal est bien dégueu et ça m’a fait réagir. Dans ces cas-là, on se dit tous « J’aurais répondu ça », même si on n’aurait probablement jamais eu la présence d’esprit de donner cette réponse du tac au tac.
Moi aussi, j’me suis dit qu’il aurait fallu répondre comme- « ci », et puis j’me suis dis que ma réponse, je l’ai jamais entendue nulle part ailleurs, alors ça vaut le coup d’en parler.


Être youtubeur, ou vidéaste, ça consiste entre autres à faire le malin devant une caméra, ça, c’est déjà un métier, comme comédie ou animateur télé ; mais ça consiste aussi à faire le cadreur, le monteur, le mixeur son, le directeur de communication, le comptable, etc. Youtubeur, c’est plus qu’un vrai métier, c’est une dizaine de métiers réunis.

Avec une réponse pareille, ça aurait été tellement simple de clashé la pauvre animatrice télé qui était en train de se servir de la gamine en plus, du style : « Je fais votre métier, mais j’en fait plus que vous ». Mesdames, Messieurs les youtubeurs, si un animateur télé (parce qu’un vrai journaliste à la télé, ça fait des années que ça n’existe plus) vous dit que ce que vous faites n’est pas un vrai métier, répondez-lui ce que je viens de vous dire, et clouez-lui le bec.
<3

Pourquoi j’ai arrété de pleurer

Je sais pas si vous avez remarqué, lorsque quelqu’un qui va « bien » voit quelqu’un qui pleure, il ne peut s’empêcher de venir le réconforter. Il va lui demander c’est quoi son problème, lui dire que c’est pas si grave, lui raconter une blague et lui dire de sourire.

J’ai été dans la situation de celle qui pleure, ça c’est toujours passé comme cela et je peux vous dire que c’est insupportable et hypocrite : la personne qui vient vous voir ne vous lâche pas la grappe avant que vous fassiez semblant d’aller mieux et que vous vous forciez à sourire alors qu’il ne vous a absolument pas aidé à régler votre problème.

En fait, si son élan naturel est d’aider, dès qu’il se rend compte qu’aider va lui demander un effort/qu’il peut rien faire, il recule et se contente alors de donner une aide de façade en harcelant l’autre, jusqu’à obtenir de lui un sourire forcé. Et il peut alors repartir la conscience tranquille, se convaincant d’avoir fait une bonne action. Alors même qu’il n’a absolument pas aidé la personne à régler son problème et a, en plus, exiger d’elle qu’elle fasse l’effort de sourire et de paraître aller mieux. (insérer insulte ici.)

Je crois qu’il n’y a que des gens qui font semblant d’aller bien pour interdire aux gens tristes d’avoir l’air triste/pleurer. Est-ce que quelqu’un qui va vraiment bien se sentirait déstabilisé par quelqu’un qui pleure au point de lui interdire de pleurer ? Va savoir …

Alors, s’il vous plaît les gens, prenez conscience qu’aider quelqu’un, il peut arriver que ça rime avec « laissez-le être triste ».
(en cas de doute, demander à la personne concernée. -_-)


décembre 2018
L Ma Me J V S D
« juil    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Un petit mot :

Je parle de tout plein de choses différentes sur mon blog, ne vous étonnez pas si je passe du coq à l'âne. ;-)

Faouzibensaid |
Devissocietenettoyagebordeaux |
Mavienotrevievotrevie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blogcourslangue
| Lanonenyme
| Dejoursenjours